Blé dur. © inra, inra

Compétitivité, qualité, durabilité :
Les acteurs de la filière blé dur mobilisés sur un programme ambitieux de recherche et d’innovation

Pour la première fois, et pour maintenir et développer les positions françaises d’une filière d’excellence, l’ensemble de ses parties prenantes s’est fédéré autour d’un outil nouveau, la « Plateforme blé dur ». Au Salon international de l’agriculture, l’Inra organise sur son stand une rencontre avec les professionnels le 26 février, et présente les enjeux de la filière blé dur, ainsi que la démarche d’éco-conception mise en œuvre et les projets en cours de déploiement au sein de cette plateforme.

Mis à jour le 14/06/2013
Publié le 26/02/2013
Mots-clés : BLE DUR - SIA 2013

La plateforme blé dur rassemble  les sélectionneurs, les producteurs, les coopératives, les industriels, FranceAgriMer, les acteurs de la recherche (Inra), de la recherche appliquée (ARVALIS Institut du végétal, ACTIA) et de l’enseignement supérieur. Valorisant les travaux antérieurs engagés sous l’égide du comité professionnel blé dur, cette plateforme unique coordonne les actions au sein d’un espace de collaboration, mettant en synergie les compétences de recherche, de développement et de formation, depuis la sélection jusqu’aux process industriels en passant par l’agronomie et l’économie.

Cultivé sur plus de 400 000 ha en France, le blé dur représente une filière structurée et performante : 20 000 producteurs alimentent les unités qui mettent en marché des produits – semoule, pâtes alimentaires, couscous – de haute qualité, contribuant au maintien de l’emploi, souvent en zone rurale, et répondant aux attentes des consommateurs français. Par l’exportation des 2/3 de sa production de grains, cette filière apporte ainsi une contribution significative à la balance commerciale du pays.

Les axes de travail identifiés au sein de la plateforme blé dur visent à développer une production compétitive et de qualité au travers d’une logique d’agro-écologie pour une production agricole performante, et d’éco-conception dans l’élaboration de produits répondant aux attentes des consommateurs. Cette ambition partagée s’applique aux produits finis comme les pâtes alimentaires (produit alimentaire de base le plus consommé en France), et aux grains exportés, dans la perspective d’un marché mondial en croissance, en particulier sur le pourtour méditerranéen, marché de proximité où la France entend jouer un rôle de leader.

D’ores et déjà, des actions de recherche sont engagées et de nouveaux projets de recherche, au niveau national et européen sont en cours de dépôt. Un Comité d’Orientation Stratégique est mis en place, co-présidé par l’Inra et ARVALIS Institut du végétal. L’Inra se mobilise par ailleurs dans le cadre de cette dynamique en renforçant ses équipes autour du centre de Montpellier.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint « Agriculture » de l’Inra
  • Jacques Mathieu, directeur général ARVALIS Institut du végétal
Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86), Xavier Gautier, ARVALIS Institut du végétal (05 59 12 67 25)