• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Fourrure orylag® et Rex du Poitou® : deux valorisations issues d’une même recherche

Des années d’un patient travail de sélection mené à l'INRA ont abouti à la mise au point d’une souche de lapin et des techniques d'élevage permettant de valoriser à la fois une viande labellisée haut de gamme : Rex du Poitou® et une fourrure nouvelle de grande qualité : fourrure orylag®.

Mis à jour le 22/12/2017
Publié le 01/11/2003
Mots-clés :

Succès de la recherche

 © Import
© Import
Lapin àfourrure orylag© INRA / Christian Slagmulder PCD0961-IMG0040.PCD

Tout commence dans les années 70 au centre INRA de Toulouse1. Les chercheurs identifient la mutation naturelle rex, qui conduit à une altération de la croissance des poils raides présents dans la fourrure et donne donc un pelage doux aux lapins porteurs. Des études poussées sur la physiologie des pelages sont ensuite nécessaires pour comprendre le fonctionnement des follicules pileux. A partir de 1980, les études sont transférées au centre INRA de Poitou-Charentes. Durant une dizaine d'année, un travail patient de sélection y est mené afin de constituer une véritable souche, nommée Orylactus cuniculus orylag, aux performances zootechniques améliorées, et de définir les conditions d'élevage appropriées. Ces recherches, largement appuyées par les connaissances acquises au centre INRA de Jouy-en-Josas, aboutissent finalement à des animaux ayant une fourrure d'une douceur comparable à celle du chinchilla.

L'orylag® est aujourd'hui une marque internationale déposée, propriété de l'INRA, qui en a confié l'exclusivité mondiale à la Coopérative des Eleveurs d'Orylag (CEO) qui assure l'élevage dans 25 sites en région Poitou-Charentes et la commercialisation de l'animal.

Succès technique et commercial dans la mode

Grâce à des nombreuses qualités tant côté fourrure que côté cuir, la fourrure orylag® peut aussi être utilisée en fil, en tissu… offrant ainsi de nombreuses possibilités innovantes et créatives dans les milieux de la mode et de la haute-couture qui la plébiscitent. Une manifestation de prestige organisée par la CEO a d'ailleurs eu lieu le 29 octobre 2003 pour la promouvoir : la nomination, parmi les jeunes talents en dernière année des écoles de mode et de stylisme, en France et à l'étranger, des 3 lauréats du Concours de Création orylag®.

Succès agricole, gastronomique et économique
Le travail d'amélioration génétique effectué sur la souche Oryctolagus cuniculus orylag et la mise au point d'une technique d'élevage appropriée ont également permis l'obtention d'une excellente viande de lapin, dont les qualités particulières sont dues à plusieurs critères.

 

  •  La souche est réputée pour la finesse des fibres musculaires et la conformation corporelle.
  •  Les conditions d'élevage sont spécifiques : prolificité moyenne (7 lapereaux par portée), rythme de reproduction permettant le reposdes mères entre le sevrage de chaque portée, cage individuelle ayant une surface deux fois supérieure aux normes habituellement pratiquées dans les élevages cunicoles, alimentation équilibrée pour une croissance lente et un état d'engraissement limité.
  •  L'âge d'abattage a été fixé à 18 semaines pour obtenir des qualités organoleptiques et diététiques optimales.

La chair valorisée sous la marque Rex du Poitou®, déposée par les éleveurs eux-mêmes, présente des caractères de cohésion, de tenue à la cuisson et de jutosité, reconnus par les plus grands chefs de la gastronomie française : le Rex du Poitou® a obtenu le Coq d'Or 1996, décerné par "La France Gourmande à domicile". Sa viande est commercialisée auprès de bouchers, de volaillers et de restaurateurs, en Poitou-Charentes, en Ile-de-France et dans les régions de la façade atlantique, à un prix différencié de celui du lapin.
Enfin, l'élevage de ces lapins assure le maintien d'une activité agricole dans une région subissant un exode rural et se traduit par un revenu complémentaire pour les éleveurs, la valorisation de ces recherches ayant permis la création d'une quarantaine d'emplois.

 

1Unité de recherche Amélioration génétique des animaux, département Génétique Animale, centre de Toulouse.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Daniel Allain (05 61 28 51 71)
  • Olivier Thibault - CEO (05 46 50 45 21)