• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Lapine et sa portée de lapereaux à la lapinerie de Jouy-en-Josas. © NICOLAS Bertrand

Lancement de l’institut Sciences Animales Paris Saclay

Quelle sélection en élevage pour demain ? Quels impacts de l’environnement sur l’expression des génomes et les phénotypes animaux ? Quelles nouvelles stratégies pour la santé ? Comment prédire et modéliser ? Quels liens entre biologie des animaux d’élevage et biologie des animaux modèles pour l’homme ? Le 12 février 2015, l’Inra lance le nouvel institut Sciences Animales Paris Saclay (SAPS), avec ses partenaires AgroParisTech, l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort et l’Anses. Fort d’un collectif de recherche de près de 600 personnes, il s’impose comme un pôle majeur d’envergure internationale en biologie animale, au service de l’agriculture et de la santé.

Mis à jour le 12/03/2015
Publié le 12/02/2015
Mots-clés :

Dans le contexte stimulant de la création de l’Université Paris-Saclay, sept unités de recherche sud-franciliennes de l’Inra, en partenariat avec AgroParisTech, l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA), l’Anses, et trois unités expérimentales, se fédèrent au sein de l’institut Sciences Animales Paris Saclay (SAPS). Associant un collectif de recherche de plus de 600 personnes et des dispositifs expérimentaux partagés, SAPS a pour ambition de développer des recherches pluridisciplinaires innovantes, d’initier de nouveaux partenariats public-privé, de renforcer l’offre de formation en sciences animales, et de promouvoir les liens entre biologie des animaux d’élevage et des animaux modèles. Ainsi, les équipes de SAPS ont pour objectif de contribuer à la durabilité des systèmes d’élevage et aux progrès en biomédecine, dans un cadre économique, environnemental et sociétal en évolution. La démarche scientifique, axée sur les réponses adaptatives des animaux face aux variations de l’environnement, s’articule autour de quatre projets phare :

> Construction des phénotypes
Ce projet s’intéresse à l’impact, au cours des périodes de développement, de la nutrition maternelle, de l’environnement physico-chimique et émotionnel, ainsi que des conditions d’élevage, à la fois sur la croissance, la santé et la fertilité de la descendance. L’approche combine des mesures phénotypiques multi-échelles et vise une compréhension des mécanismes en jeu, par des analyses épigénétiques, métaboliques et transcriptomiques.

> Sélection dans les élevages de demain
Comment rendre plus efficace la sélection pour une production durable, en améliorant la prédiction des résultats et en préservant la diversité génétique ? Dans ce projet, l’approche est fondée sur l’exploration de la variabilité des génomes et de sa transmission. Une ambition est de mieux définir les interactions entre le patrimoine génétique et l’environnement, en étudiant la contribution des mécanismes épigénétiques au contrôle de l’expression du patrimoine génétique.

> Nouvelles stratégies pour la santé animale et la santé publique
Ces travaux ciblent l’amélioration des compétences immunitaires en y associant notamment des recherches sur le rôle du microbiote (concept de pathobiome), l’exploration des phénomènes de transgression des barrières d’espèces, ainsi que des recherches posant les bases pour de nouveaux vaccins (grippe, maladie West Nile, fièvre catarrhale ovine, fièvre aphteuse, toxoplasmose, vaccin « universel » vis-à-vis des maladies transmissibles par les tiques, etc) et méthodes de diagnostic et de dépistage.

> Prédiction des phénotypes et des réponses adaptatives
Ce projet s’appuie sur des approches de biologie des systèmes et de modélisation. Les recherches actuelles créent des corpus de données hétérogènes (phénotypes, génotypes, transcrits, protéines, métabolites, etc) et multi-échelles, à intégrer pour comprendre les interactions et progresser dans la compréhension des systèmes biologiques complexes que sont les animaux. Parmi les objectifs : améliorer la prédiction des réponses adaptatives afin de faire émerger des approches novatrices pour une meilleure gestion de l’animal dans son milieu, et promouvoir le dialogue entre disciplines (mathématique et biologie, sciences animales et écologie).

Les unités fondatrices de SAPS

• Biologie du Développement et Reproduction (Inra-ENVA)

• Biologie moléculaire et Immunologie Parasitaires (AnsesS-UPEC-ENVA-Inra)

• Génétique Animale et Biologie Intégrative (Inra-AgroParisTech)

• Modélisation Systémique Appliquée aux Ruminants (Inra-AgroParisTech)

• NeuroBiologie de l'Olfaction (Inra)

• Virologie et Immunologie Moléculaires (Inra)

• Virologie (Anses-Inra-ENVA)   

• AMAGEN, Plateforme d'ingénierie génétique des animaux modèles (Inra-CNRS) 

• Unité Commune d'Expérimentation Animale (Inra)

• Infectiologie Expérimentale des Rongeurs et Poissons (Inra)
 

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01.42.75.91.86)

Université Paris Saclay : Vers une université de dimension internationale

Pour répondre au défi de la compétition globale pour l’enseignement, la recherche et l’innovation, les 19 membres fondateurs de l’Université Paris-Saclay ont décidé de se fédérer à l’horizon 2014 autour d’un projet commun, en mutualisant les formations et la recherche de très haut niveau national et international. Située sur le plateau de Saclay, au cœur d’une des zones économiques et de recherche privée les plus importantes d’Europe, l’Université Paris-Saclay est un moteur important de développement du tissu industriel, en particulier dans les domaines de haute et moyenne technologies. www.universite-paris-saclay.fr/fr

Des liens avec l’Université Paris-Est :

L’ENVA, fondateur de l’Université Paris Est et l’Anses, membre associé, localisées sur le site de Maisons-Alfort, sont partenaires de SAPS au travers de leurs unités mixtes de recherche en cotutelle avec l’Inra (UMR BDR, UMR BIPAR et UMR Virologie). La présence de ces unités mixtes de recherche crée une opportunité remarquable de générer des liens entre deux grandes universités franciliennes, dont SAPS sera un point de convergence. www.univ-paris-est.fr/fr/