• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Epi de maïs.. © Inra, WEBER Jean

Maïs OGM MON 810 et NK603 : pas d’effets détectés sur la santé et le métabolisme des rats

Un régime alimentaire à base de maïs transgénique MON 810 ou NK603 n’affecte pas la santé et le métabolisme des rats dans les conditions du projet GMO 90+1. Cette étude inédite réalisée par un consortium de recherche piloté par l’Inra implique de nombreux partenaires2 dont l’Inserm. Les travaux ont été réalisés dans le cadre du programme Risk’OGM financé par le Ministère de la transition écologique et solidaire. Pendant six mois, des rats ont été nourris avec un régime contenant soit du maïs OGM (MON 810 ou NK603) soit du maïs non OGM, à différentes concentrations. Les chercheurs, par les techniques de biologie à haut débit, n’ont identifié aucun marqueur biologique significatif lié à l’alimentation au maïs transgénique. De même, ils n’ont observé aucune altération anatomo-pathologique du foie, des reins ou de l’appareil reproducteur des rats soumis aux régimes contenant ces OGM. Ces travaux, publiés le 10 décembre 2018 dans la revue Toxicological Sciences, ne mettent pas en évidence d’effet délétère lié à la consommation de ces deux maïs OGM chez le rat même pour de longues périodes d’exposition.

Mis à jour le 12/02/2019
Publié le 12/12/2018

Les chercheurs ont utilisé deux types de maïs OGM bien connus : le MON 810, produisant la protéine Bt rendant le maïs résistant à certains insectes, et le NK603 dont la modification d’un gène le rend résistant au glyphosate. Les rats ont été nourris pendant 6 mois avec un régime contenant soit du maïs transgénique, soit un maïs contrôle non-OGM. Cette période de temps, qui double celle du test requis par la réglementation européenne, équivaut au tiers de la vie moyenne des rats.

L’objectif des chercheurs était de rechercher des biomarqueurs précoces d’altération de fonctions biologiques chez les rats nourris au maïs OGM pendant 3 mois et 6 mois. Pour cela, ils ont utilisé deux techniques à haut débit ultra-sensibles : la transcriptomique (expression des gènes) et la métabolomique (étude des composés issus du fonctionnement de l’organisme). Ces techniques ont permis d’identifier et de doser des métabolites (acides aminés, sucres et autres petites molécules) et de caractériser l‘expression des ARN messagers et des micro-ARN cellulaires. Ces méthodes sont capables de détecter un large spectre de variations métaboliques. Les chercheurs ont pu identifier des marqueurs pouvant différencier les régimes MON810 et NK603. En revanche, au terme de six mois d’expérimentation, aucune différence significative du point de vue biologique n’a été identifiée entre régimes OGM et non-OGM.

Par ailleurs, aucune altération des organes et en particulier du foie, des reins ou de l’appareil reproducteur des rats aux régimes OGM n’a été observée par les techniques d’anatomopathologie (étude macro- et microscopique des tissus pour détecter d’éventuelles anomalies). Ainsi, les chercheurs n’ont pas mis en évidence d’effet délétère de l’alimentation avec du maïs MON810 et NK603 sur la santé et le métabolisme des rongeurs, même au terme d’une longue période d’exposition.

   

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine, Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Toulouse

Référence

Xavier Coumoul, Rémi Servien, Ludmila Juricek, Yael Kaddouch-Amar, Yannick Lippi, Laureline Berthelot, Claire Naylies, Marie-Line Morvan, Jean-Philippe Antignac, Desdoits-Lethimonier Christèle, Bernard Jegou, Marie Tremblay-Franco, Cécile Canlet, Laurent Debrauwer, Caroline Le Gall, Julie Laurent, Pierre-Antoine Gouraud, Jean-Pierre Cravedi, Elisabeth Jeunesse, Nicolas Savy, Kadidiatou Dandere-Abdoulkarim, Nathalie Arnich, Franck Fourès, Jérome Cotton, Simon Broudin, Bruno Corman, Annick Moing, Bérengère Laporte, Florence Richard-Forget, Robert Barouki, Peter Rogowsky, Bernard Salles; The GMO90+ project: absence of evidence for biologically meaningful effects of genetically modified maize based-diets on Wistar rats after 6-months feeding comparative trial, Toxicological Sciences, , kfy298, https://doi.org/10.1093/toxsci/kfy298