• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Nicolas Urruty, doctorant Inra et Université de Poitiers remporte le 3e prix lors de la 3e finale internationale

Concours international « Ma thèse en 180 secondes » 2016 : Nicolas Urruty, 3ème prix du jury pour ses travaux sur le blé

En trois minutes, Nicolas Urruty a présenté sa thèse sur l’impact de la réduction des pesticides sur le rendement du blé. Doctorant en agronomie à l’Inra de Paris, il vient de remporter le troisième prix du concours international 2016 « Ma thèse en 180 secondes » qui se déroulait à Rabat (Maroc) le 29 septembre 2016. Vingt doctorants de 10 pays francophones ont participé à la finale qui a été remportée par la suissesse Désiré Koenig.

Mis à jour le 11/10/2016
Publié le 30/09/2016

Nicolas Urruty, doctorant en agronomie à l'Inra Paris. © Inra
Nicolas Urruty, doctorant en agronomie à l'Inra Paris © Inra
« Identifier des systèmes de production doublement gagnants, qui soient moins gourmands en pesticides mais tout aussi performants en termes de rendements ». Doctorant à l’Université de Poitiers, Nicolas Urruty travaille à l’Inra de Paris où il questionne les systèmes de production du blé afin d’identifier les plus robustes face aux aléas climatiques et biotiques. La présentation de son sujet de thèse lui a valu la troisième place au concours international 2016 « Ma thèse en 180 secondes » qui s’est déroulée à Rabat (Maroc) le 29 septembre.

Lors de cette 3ème édition internationale organisée au Maroc par l’Université Mohammed V de Rabat et le Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), vingt candidats francophones issus de dix pays (Belgique, Bénin, Cameroun, France, Maroc, Québec, Indonésie, Sénégal, Suisse et Tunisie) se sont affrontés. Lauréate du concours : la suissesse Désiré Koenig qui a présenté ses travaux sur les mécanismes de régénération des organes chez le poisson zèbre. Le 2ème prix du jury a été attribué à Maud Gratuze de l’Université de Laval (Québec) sur sa thèse portant sur l’impact du diabète sur la phosphorylation de la protéine tau dans la maladie d’Alzheimer. Le prix du public revient, quant à lui, à Chaimae Samtal (Université Sidi Mohamed Ben Addellah) pour sa thèse sur le cancer de la prostate dans la population marocaine.

> Le portrait en ligne de Nicolas Urruty : « Confidences d’un acteur d’avenir »

> Retour en images sur les 180 secondes de Nicolas Urruty (lors de la finale française à Bordeaux en mai 2016)

Contact(s)
Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)

« Ma thèse en 180 secondes » : 3ème édition internationale

Inspiré d’un concours conçu à l’Université du Queensland en Australie, « Ma thèse en 180 secondes » permet aux doctorants de présenter, en trois minutes, leur sujet de recherche, en français. Ils doivent faire, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive. La 3ème édition internationale qui s’est déroulée au Maroc a réuni vingt candidats de 10 pays francophones (Belgique, Bénin, Cameroun, France, Maroc, Québec, Indonésie, Sénégal, Suisse et Tunisie). Un jury international décerne 3 prix (1er prix : 1500 euros, 2ème prix : 1000 euros, 3ème prix : 750 euros) et le public vote pour désigner un candidat pour le prix du public.
Les trois finalistes français : Bertrand Cochard (Université Côte d’Azur), Mathieu Buonafine (Sorbonne Universités) et Nicolas Urruty (Université de Poitiers), présents lors de la finale internationale avaient été sélectionnés lors de la finale nationale organisée par la Conférence des présidents d'université (CPU) et le CNRS à Bordeaux le 31 mai dernier. Au total 500 doctorants ont participé à l’édition française de ce concours en 2016. Plus d’infos : http://mt180.fr/