• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Le rami fourrager est un jeu, incorporant des modèles informatiques simples, développé par Guillaume Martin, Mathilde Piquet, Michel Duru, Marion Sautier, Marina Lugnot, Philippine Gin et Kevin Morel dans le cadre des Projets PSDR Climfourel et CASDAR PraiCos. Ce jeu permet d’accompagner collectivement les conseillers agricoles et les éleveurs dans les processus d’adaptation des élevages aux nouveaux objectifs des éleveurs (autonomie fourragère, conversion à l’AB…) et à des contextes changeants (climat, prix des intrants, etc.).. © © INRA, CATTIAU Gilles

Co-construire la recherche avec les Régions pour le développement durable des territoires

Depuis 20 ans, le programme PSDR (Pour et Sur le Développement Régional www.psdr.fr) favorise les coopérations entre chercheurs et acteurs du développement territorial. Pour sa 4e génération, PSDR4 (2016-2020) a retenu 33 projets dans 10 régions françaises avec un accent particulier sur l’innovation et l’agro-écologie. L’ensemble des acteurs du PSDR4 se rassemble pour une Ecole-Chercheurs, organisée par l’Inra et l’Irstea, à Toulouse le 15 novembre 2016, puis du 16 au 18 novembre à Aspet. L’objectif : imaginer et co-construire les étapes et travaux nécessaires à l’élaboration, d’ici 2020, d’outils, de guides ou de formations apportant des réponses aux défis du développement durable dans les Régions. L’Ecole-Chercheurs bénéficie du soutien de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et du Réseau Rural Français1.

Mis à jour le 15/11/2016
Publié le 15/11/2016

Agro-écologie, circuits courts ou économie circulaire, les territoires ruraux sont soumis à des changements et défis majeurs. Pour y faire face, des réflexions collectives associant chercheurs et acteurs régionaux du développement rural et territorial se dérouleront lors de l’Ecole-chercheurs PSDR4. Ces échanges vont aussi permettre de dessiner des pistes d’adaptation des politiques publiques rurales et territoriales, en réponse aux nouvelles attentes sociétales (préservation de l’environnement, alimentation de proximité, lien rural-urbain…).

Les enseignements des précédents PSDR

La tenue de cette Ecole-Chercheurs en début de programme est une des recommandations faites à la fin de PSDR3 (2007-2012). L’objectif est de favoriser les échanges et les partenariats pour initier les projets. Autres enseignements apportés par le précédent programme, la mise en place d’un temps de valorisation intégré dans celui des projets, rallongé de quatre à cinq ans, ou la mise en œuvre de groupes transversaux à l’échelle nationale. Par ailleurs, des produits innovants issus de PSDR3 sont déjà largement utilisés par les professionnels, comme le Rami Fourrager®, un jeu de plateau pour aider les éleveurs à adapter leurs prairies au changement climatique, ou le guide « Circuits courts : des outils pour mieux agir ». Ces quelques exemples témoignent de la volonté établie depuis 1996, via les programmes PSDR, de sortir la recherche des laboratoires pour la confronter aux problématiques de la société et aux attentes des acteurs de terrain.

L’agro-écologie à l’honneur dans PSDR4

Les 33 projets retenus tiennent compte des priorités régionales et des enseignements apportés par le précédent programme. Ils ont été regroupés en 5 thématiques : accompagnement de la transition agro-écologique, économie circulaire et résilience de la filière forêt-bois, foncier et lien rural-urbain, systèmes alimentaires territoriaux, attractivité et innovation des territoires. L’agro-écologie est à l’honneur avec 12 projets. L’un d’entre eux, le projet ATA-RI2, porte sur l’accompagnement de la transition agro-écologique de l’agriculture en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Il permettra de produire des connaissances et des outils pour le développement de systèmes agricoles gérant durablement la biodiversité, l’eau et le sol. Commencé en 2014, ATA-RI a déjà permis la création d’un outil d’aide à la décision, nommé Capflor®, qui préconise des mélanges d’espèces fourragères en fonction des conditions pédoclimatiques de la parcelle à semer et de la valeur d’usage souhaitée par l’utilisateur (fauche, pâturage, mixte).

Promouvoir le développement durable à l’échelle interrégionale

Autres exemples de projets à l’échelle interrégionale, FRUGAL3 est centré sur l’analyse des systèmes d’approvisionnement alimentaire de métropoles du Grand Ouest français et de Rhône-Alpes. Les agricultures de ces territoires faisant face à des crises récurrentes (économique, sanitaire, foncière…), l’enjeu sera de réfléchir à la manière de relocaliser l’alimentation en zones urbaine et périurbaine afin de mieux valoriser les ressources locales. Le projet POEETE4 visera à comprendre l’intérêt et le fonctionnement des systèmes de polyculture élevage à l’échelle de l’exploitation agricole, mais également à celle des territoires, en vue d’optimiser leur durabilité et leur résilience. Ce travail devrait notamment amener à la création d’un modèle / simulateur permettant de tester des adaptations, des innovations de rupture ou des modèles d’optimisation des fermes en polyculture élevage.

Adapter la recherche aux attentes du terrain

Dès le départ, les programmes PSDR reposent sur l’idée que la recherche doit se construire en partenariat et en accord avec les attentes du terrain, de l’élaboration des protocoles à la valorisation, et qu’elle doit, à ce titre, s’intéresser à ce qui se passe dans les territoires, afin d’en devenir un acteur majeur. Pour cette raison, ils occupent une place privilégiée au service de l’action et de la décision, avec la production d’outils et de résultats utiles aux politiques publiques. L’idée de ces journées est de partager les attentes des acteurs envers la recherche pour apprécier la place qu’ils accordent aux connaissances scientifiques dans leurs pratiques ou leur usage des données et des outils mis à leur disposition. Elles permettent aussi d’évaluer comment la recherche en partenariat peut venir alimenter la mise en œuvre des Programmes de Développement Rural Régionaux (PDRR).

Retrouvez les présentations des projets du PSDR4 : http://psdr.fr/PSDR.php?categ=103&lg=FR#ancre391
Plus d’informations sur le site dédié à l’école-chercheurs PSDR4 : https://colloque.inra.fr/ecole-chercheurs-psdr4

1 Le projet CAPDOR (Capitalisation et Diffusion des Connaissances issues des dispositifs de Recherche partenariale sur le développement agricole et rural) retenu par le dispositif Mobilisation Collective pour le Développement Rural (MCDR) du Réseau Rural Français a pour but de renforcer la connaissance sur les processus de diffusion de la recherche du programme PSDR et d’en favoriser le déploiement auprès des acteurs des territoires et au sein des politiques régionales.
2 Accompagnement de la transition agro-écologique – Recherche ingénierique
3 Formes urbaines et gouvernance alimentaire
4 Réfléchir la polyculture-élevage à l’échelle des exploitations et des territoires

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • André Torre (01 44 08 72 36) Directeur des programmes PSDR (Inra, AgroParisTech, Université Paris-Saclay)
  • Frederic Wallet (01 44 08 16 86) Animateur national PSDR (Inra, AgroParisTech, Université Paris-Saclay)
  • Sabine Nguyen Ba (01 49 59 69 01) Ingénieure PSDR national (Inra)
Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Logo PSDR4. © Inra

PSDR4 en chiffres c’est :

33 projets, qui courent sur 5 années (2016-2020), impliquent près de 180 structures partenaires (Secteur agricole, Collectivités territoriales, Environnement et Paysage, Urbanisme et Foncier, Filière forêt- Bois) et plus de 130 équipes de recherche (Inra, Irstea, CNRS, 21 Ecoles d’ingénieurs, d’architecture, de politique et de management, ainsi que 23 Universités). Le montant financier total est de 40 M€ (total des coûts complets) dont 11 M€ de dotations, impliquant l’INRA, l’Irstea, les Conseils Régionaux, le Réseau Rural Français et l’Europe via le PEI : Partenariat Européen pour l’Innovation. Le coût moyen d'un projet est de 1,1 M€ (coûts complets), pour une dotation PSDR d’environ 290.000 €. Un projet compte en moyenne 20 ETP (équivalent temps plein), et se compose de 4 équipes de recherche et 5 structures partenaires.