• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Feuille de vigne montrant des symptômes d’oïdium (champignon parasite).,. © Inra, ©

Pour une viticulture durable et de qualité : les résistances génétiques au cœur d’une stratégie globale

L’application de produits de protection de la vigne est présente dans tous les vignobles, notamment contre deux maladies foliaires : le mildiou et l'oïdium. Dans le contexte de nécessaire réduction de l’usage et des impacts des pesticides en cohérence avec une forte attente sociétale, la résistance génétique de la vigne est un levier clé, sous réserve qu’elle ne soit pas contournée par les agents pathogènes. L’Inra et l’IFV ont présenté le 16 janvier 2017 les travaux menés pour concevoir et déployer ces variétés résistantes et les systèmes viticoles de demain. L’Observatoire national du déploiement des cépages résistants, élément important du dispositif, est officiellement lancé. L’approche complémentaire de modélisation et la démarche de dépôt à l’inscription d’un certain nombre de variétés résistantes ont été annoncées.

Mis à jour le 07/09/2017
Publié le 16/01/2017

Activité économique majeure, la viticulture doit répondre à des attentes sociétales fortes, en matière de qualité, de diversité des produits viticoles et de modes de production, notamment pour leurs impacts liés aux intrants phytosanitaires. L’application de produits de protection de la vigne est présente dans tous les vignobles contre un certain nombre de parasites, principalement contre deux maladies foliaires : le mildiou et l'oïdium. Parmi les options pour réduire l’utilisation des pesticides, la résistance génétique des variétés apparaît comme une alternative efficace et sûre.

Des variétés résistantes au mildiou et à l’oïdium

En France aujourd’hui, l’amélioration de la vigne pour la résistance au mildiou et à l’oïdium est conduite  par l’Inra, en partenariat avec l’IFV depuis 2012. L’Inra a développé de façon historique une recherche forte dans ce domaine, qui a conduit notamment à une solide connaissance de la génétique des résistances et de leur provenance, et à la mise au point de marqueurs pour détecter ces gènes.
A partir de 1974, des travaux sont menés pour incorporer à la vigne européenne (Vitis vinifera) des facteurs de résistance originaux à ces deux maladies et portés par une espèce sauvage (Muscadinia rotundifolia). Ce programme a abouti au bout de 25 ans aux variétés monogéniques baptisées « Bouquet », portant un gène de résistance au mildiou et un gène de résistance à l’oïdium. Le dépôt pour l’inscription de 7 variétés de cuve de ce type est en cours.
A partir de 2000, l’Inra engage un programme de création variétale à partir des variétés Bouquet, axé sur le couplage de résistances d’autres provenances, et ayant pour objectif de conforter la durabilité des résistantes en associant d’autres gènes. Ces variétés polygéniques sont appelées « Resdur » et plus de 30 d’entre elles font ou feront l’objet d’un dépôt pour l’inscription en 2017. Les premières seront normalement inscrites au catalogue en décembre 2017.

L’observatoire OsCaR sur la durabilité des résistances

Pour étudier la durabilité de ces résistances et le comportement des variétés Bouquet et Resdur en cours d’inscription (mais aussi de variétés étrangères), en respectant les règles liées au classement temporaire des variétés, l’Inra et l'IFV mettent en place un observatoire national du déploiement des cépages résistants (OsCaR). Ce dispositif constitue un enjeu majeur pour l’ensemble de la filière viti-vinicole, le déploiement efficace de ces nouveaux cépages conditionnant sa capacité à réduire l’usage des pesticides.
L’enjeu de cet outil unique pour la recherche et précieux pour les professionnels est d’évaluer en grandeur réelle la durabilité des résistances, c’est-à-dire surveiller l’évolution des populations d’oïdium et de mildiou, évolution qui pourrait conduit à une perte d’efficacité des gènes s’ils étaient contournés. Les pratiques agronomiques et œnologiques seront enregistrées. La production et la qualité des vins seront analysées, car elles constituent bien sûr des éléments clés de la réussite de ces nouveaux cépages. Ce dispositif repose sur un partenariat avec les viticulteurs, et repose notamment pour la collecte des données sur les Chambres d’agriculture ou les comités interprofessionnels. Il se fait dans le cadre d’un engagement contractuel fort avec les organisations interprofessionnelles.

Une approche de modélisation complémentaire

L’ensemble des données collectées grâce à ce dispositif de terrain de l’observatoire sera utile dans une approche innovante de modélisation. Elle permettra de prévoir les risques de contournement en fonction des milieux et des conduites. Elle permettra également de tester des configurations originales comme l’organisation de trame paysagère combinant des polygéniques et des monogéniques, ce qui est impossible expérimentalement.

L’objectif de cette stratégie pour une viticulture durable et de qualité est de créer les conditions pour un déploiement aussi rapide que possible des innovations sur le terrain. Elle actionne à la fois l’accélération des créations variétales et leur déploiement opérationnel, notamment grâce au partenariat avec l’IFV et la filiale Entav-International Ifv-AgriObtentions, et avec les viticulteurs engagés dans notre démarche.
Elle souligne l’engagement fort de l’Inra d’apporter à la viticulture française des solutions nouvelles et solides pour relever le défi d’une production de qualité, et faiblement consommatrices de produits phytopharmaceutiques, en cohérence avec les ambitions du plan Ecophyto.

L’Inra et l’IFV, un partenariat privilégié pour une viticulture durable et compétitive
Compte tenu de leurs objectifs partagés et de leur complémentarité, l'Inra et l’IFV ont signé, en juin 2012, un accord-cadre portant sur la sélection végétale vigne. Ce contrat a eu pour objectif de mettre à disposition des pépiniéristes et des vignerons français la meilleure sélection végétale au monde. Il consacre la marque commune ENTAV-INRA® et une société commune chargée de la diffusion des sélections, ENTAV International, associant l’IFV et Agri Obtentions, filiale de l'Inra. Ce contrat cadre a permis également de mutualiser les compétences et les moyens dédiés de l'Inra et de l'Ifv, de développer leur collaboration scientifique, technique et économique, et de favoriser la diffusion coordonnée des résultats de leurs travaux et les transferts de technologie auprès des différents acteurs de la filière viti-vinicole pour une viticulture française compétitive, durable et des vins de qualité

Télécharger le dossier de presse :  DP vignes résistantes

Contact(s)
Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86), Ifv, Régis Cailleau (04 66 51 10 16)