Logo VetBioNet

Lancement du projet européen VetBioNet pour lutter contre les maladies infectieuses animales

Renforcer la coopération et l’accessibilité de l’ensemble des plateformes d’infectiologie pour mieux connaître les maladies animales (transmissibles à l’homme ou non), mieux les contrôler et prévenir leurs effets dévastateurs : tel est l’objectif du projet européen d’infrastructures intégrées VetBioNet. Coordonné par l’Inra, ce nouveau projet fédère 30 partenaires issus de 14 pays dont 9 de l’Union européenne (UE). Il est financé à hauteur de 10 millions d’euros par l’UE sur 5 ans. La toute première réunion de lancement de VetBioNet se déroule les 4 et 5 avril 2017 à Tours.

Mis à jour le 06/04/2017
Publié le 05/04/2017

Le caractère non prédictible et hautement transmissible des nombreuses maladies animales pouvant contaminer l’homme nécessite une coopération internationale entre des instituts de recherche académiques, des entreprises privées, des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ainsi que les pouvoirs publics.

Le projet d’infrastructures intégrées VetBioNet (Veterinary Biocontained research facility Network) intègre deux unités de recherche, trois plates-formes Inra1 et il fédère 30 partenaires issus de 14 pays (dont 9 de l’UE). L’objectif est de renforcer la coopération et l’accessibilité de l’ensemble des plateformes d’infectiologie pour une meilleure connaissance des maladies infectieuses animales et des capacités accrues de contrôle et de prévention de leurs effets dévastateurs. D’un montant de 10 millions d’euros, le soutien financier de l’UE s’étalera sur 5 ans, de 2017 à 2021. VetBioNet fait suite au projet NADIR (Network for Animal Diseases and Infectiology Research, 2009-2013)2 avec un partenariat étendu à des infrastructures d’infectiologie hors Europe et à des partenaires du secteur privé développant des technologies innovantes.

En tant que projet d’infrastructures intégrées, VetBioNet développera trois types d’activités :
- des activités de recherche en infectiologie, diagnostic et thérapeutique vétérinaire ;
- une coopération internationale pour l’amélioration et le partage de nos connaissances des relations hôte-pathogènes ;
- des activités d’accueil et de soutien pour l’accès à ses infrastructures d’infectiologie qui sont réparties dans les 9 pays européens partenaires de VetBioNet. Elles sont dès à présent rendues accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique développant des moyens de lutte contre les maladies infectieuses des animaux, dont les zoonoses si importantes pour la santé publique et à fort impact économique.

1. Sont impliqués dans le projet : les unités « Infectiologie et santé publique » (Inra, Université François Rabelais de Tours), « Physiologie de la reproduction et des comportements » (Inra, CNRS, Université François Rabelais de Tours, Ifce), la « Plateforme d'infectiologie expérimentale » à l’Inra Val de Loire, les unités « Infectiologie expérimentale des rongeurs et poissons » et de « Virologie et Immunologie Moléculaires » à l’Inra de Jouy-en-Josas ainsi qu’Inra-transfert. Côté français, l’ANSES est également partenaire du projet.
2. Ce réseau européen a réuni 16 laboratoires dont 14 plates-formes d’infectiologies européennes, auxquelles près de 50 équipes extérieures ont pu avoir accès pendant la durée du contrat.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Département(s) associé(s) :
Santé animale, Physiologie animale et systèmes d’élevage, Microbiologie et chaîne alimentaire
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire, Jouy-en-Josas

Le réseau international VetBioNet

Le consortium VetBioNet fédère au total 30 partenaires académiques et privés de 9 pays européens (France, Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Pologne, Danemark, Irlande et Italie) et de 5 pays associés (Suisse, Kenya, Etats-Unis, Canada et Australie). La majorité des partenaires européens VetBioNet du secteur académique (Inra ; Central Veterinary Institute (Pays-Bas) ; Friedrich-Loeffler-Institut (Allemagne) ; The Pirbright Institute, Animal and Plant Health Agency, Moredun Research Institute , The Roslin Institute - University of Edinburgh, University of Nottingham (Royaume-Uni) ; Instituto Nacional de Investigación y Tecnología Agraria y Alimentaria, Institut de Recerca i Tecnologia Agroalimentaries (Espagne) ; Aarhus University (Danemark) ; ANSES (France)) ont participé au projet NADIR. A ces institutions, s’ajoutent désormais 5 autres en Europe (Państwowy Instytut Weterynaryjny (Pologne) ; Marine Scotland (Royaume-Uni) ; Erasmus Medical Centre (Pays-Bas) ; University College Dublin National - University of Ireland Dublin (Irlande) ; Istituto Zooprofilattico Sperimentale delle Venezie (Italie)) ainsi que 5 organisations des pays associés (Eidgenössisches Volkswirtschaftdepartment (Suisse) ; International Livestock Research Institute (Kenya) ; Plum Island Animal Disease center (Etats-Unis) ; Canadian Food Inspection Agency (Canada) ; Australian Animal Health Laboratory (Australie)). A ces 23 partenaires académiques, s’ajoutent 6 partenaires industriels européens (InSCREENeX ; Leica ; Noldus Information Technology; EpiBioSafe ; Vertebrate Antibodies Ltd ; Ingenasa).