• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Jeune feuille du cépage Ugni blanc.,. © ©INRA, DORDOR Françoise, VERRIES Clotilde

Lancement de la première chaire industrielle en agronomie pour lutter contre les maladies du bois de la vigne

Fournir de nouveaux moyens de compréhension et de lutte contre les maladies du bois de la vigne est l’objectif de l’unique chaire industrielle dans le domaine agronomique en France. Financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR), cette chaire industrielle renforce une collaboration initiée en 2015 entre le leader mondial du cognac Jas Hennessy & Co et l’Unité Santé et agroécologie du vignoble (Inra-Bordeaux Sciences Agro). Ce programme vise à proposer une stratégie de protection agroécologique du vignoble, intégrant la conception d’itinéraires techniques innovants, le biocontrôle et l’amélioration génétique. Officiellement lancée au centre Inra Bordeaux-Aquitaine le 2 décembre 2016, la chaire industrielle « GTDfree » consolidera les synergies entre recherche et acteurs socioéconomiques au bénéfice des producteurs et de la filière. 

Mis à jour le 06/12/2016
Publié le 02/12/2016

La filière viticole face à une crise sanitaire majeure

Les maladies du bois (MDB) constituent un ensemble de pathologies (esca, dépérissement à Botryosphaeria, eutypiose, etc.) responsables du dépérissement des ceps. Elles impliquent plusieurs champignons lignicoles qui dégradent progressivement le bois de la vigne et peuvent engendrer, à plus ou moins long terme, la mort complète ou partielle des ceps de vigne. Depuis l’arrêt de l’utilisation de l’arsénite de sodium en France en 2001, seule molécule connue comme efficace contre l’esca, les pertes de récolte et l’arrachage des ceps augmentent régulièrement. En 2014, 13% du vignoble français était considéré improductif du fait des MDB, notamment suite à la progression de l’esca, représentant une perte de production de 2,1 à 3,4 millions d’hectolitres, soit environ un milliard d’euros de préjudice pour les producteurs.

Au sein du vignoble français, le bassin charentais et ses 75 000 hectares principalement plantés en cépage Ugni blanc, figure parmi les plus affectés : les pertes de récolte induites par les MDB y sont estimées à environ 15% du potentiel de production. Or ce vignoble doit répondre à un enjeu spécifique : permettre l’obtention d’eaux de vie charentaise de qualité. Cet objectif nécessite une bonne vigueur du vignoble et un nombre minimal de ceps improductifs et donc d’être en mesure de lutter contre les MDB qui fragilisent les productions.

Un partenariat au service de l’innovation dans les vignobles

La mobilisation de Jas Hennessy & Co sur les problématiques viticoles ne date pas d’hier en témoigne sa forte implication dans l’adaptation du vignoble lors de la crise du phylloxera à la fin du XIXème siècle. A l’occasion de ses 250 ans et dans ce contexte de menace accrue sur les vignobles, elle a de nouveau fait le choix de l’engagement aux côtés de la viticulture avec la volonté de se mettre au service de l’ensemble de la filière, en complément des programmes institutionnels. Elle a ainsi initié en 2014 un appel à projets inédit doté d’un financement de 600 000€, en vue de fournir de nouveaux moyens de compréhension et de lutte concrets contre les maladies du bois de la vigne. En septembre 2015, l’unité Santé et agroécologie du vignoble (SAVE, Inra-Bordeaux Sciences Agro) a été désignée lauréate.

Puis, en 2016, les deux partenaires ont répondu conjointement à l’appel à projet « chaires industrielles » de l’ANR visant à renforcer l’impact sociétal des recherches ainsi que la compétitivité des filières économiques stratégiques françaises. En juin dernier, l’ANR a sélectionné ce projet qu’elle financera - à hauteur de 1,2 millions d’euros sur la période 2016-2020, conjointement avec Jas Hennessy & Co - pour un coût global de 2,73 millions d’euros. Cette chaire industrielle unique dans le champ de l’agronomie à l’échelle nationale témoigne à la fois de l’enjeu stratégique que représente la lutte contre ces pathologies végétales, et de la nécessité de renforcer une recherche à forte dimension appliquée.

Concevoir une protection agroécologique des vignobles

Le projet de chaire industrielle GTDfree « Influence de facteurs environnementaux et de pratiques culturales sur l’expression des maladies du bois et interaction plante-microbiotes », vise à proposer une stratégie de protection agroécologique du vignoble intégrant la conception d’itinéraires techniques innovants, le biocontrôle et l’amélioration génétique. L’ambition est d’apporter des solutions généralisables au vignoble cognaçais mais également à l’ensemble du vignoble français et international.
Trois grands axes structurent le projet :
- L’analyse et la compréhension de l’influence des facteurs environnementaux dans l’essor des maladies ;
- la composition, la localisation et le fonctionnement des micro-organismes impliqués dans ces maladies ;
- et l’étude de la tolérance de la vigne aux maladies du bois.

Sur la période 2016-2020, ce projet mobilisera un collectif de 25 chercheurs, ingénieurs et techniciens sur des travaux de recherche fondamentale et appliquée, mais également autour d’actions de formation des professionnels et, plus généralement, de transfert scientifique et technique auprès de la filière. Il renforcera le positionnement national et international de l’Inra sur cette thématique confortant le rôle de leader et d’accompagnement de Jas Hennessy & Co auprès de la filière viti-vinicole.

Télécharger la plaquette GTD FREE

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86), Jas Hennessy & Co, Anne Frangeul (05 45 91 32 98 / 06 84 26 07 91)
Département(s) associé(s) :
Santé des plantes et environnement
Centre(s) associé(s) :
Bordeaux Aquitaine