• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Gousse de pois, débuts de formation des grains.. © Inra, BRUNEAU Roland

Le génome du petit pois assemblé pour la première fois

Une équipe internationale1 composée notamment de chercheurs de l’Inra et du CEA, est parvenue à former la première séquence du génome du pois. Outre une meilleure connaissance du génome de cette plante par comparaison avec celui d’autres légumineuses, l’étude publiée le 2 septembre 2019 dans Nature Genetics va permettre d’améliorer les caractères d’intérêt chez le pois, comme la résistance aux maladies, la régularité du rendement ou la valeur nutritionnelle.

Mis à jour le 04/09/2019
Publié le 03/09/2019

Gousses de Pois protéagineux de printemps vert(BLUEMOON).Le pois est une légumineuse dont les graines riches en protéines sont utilisées à la fois en alimentation humaine sous forme de pois frais ou de pois sec (pois cassé) et en alimentation du bétail.. © Inra, WEBER Jean
Gousses de Pois protéagineux de printemps vert(BLUEMOON).Le pois est une légumineuse dont les graines riches en protéines sont utilisées à la fois en alimentation humaine sous forme de pois frais ou de pois sec (pois cassé) et en alimentation du bétail. © Inra, WEBER Jean
En 1866, Pisum sativum L.,légumineuse mieux connue sous le nom de « petit pois », a permis à Gregor Mendel de découvrir les lois de l’hérédité. Ce moine passionné de sciences naturelles avait croisé différents types de pois (jaunes, verts, lisses, ridés) et comparé leur aspect à différentes générations. Ses observations sont aujourd’hui considérées comme les prémices de la génétique. Plus d’un siècle et demi après Mendel, l’étude menée par des chercheurs de l’Inra et du CEA-Genoscope fournit la première séquence du génome du pois.

Pour reconstituer la séquence du génome du pois, ce sont plusieurs milliards de courtes séquences d’ADN qu’il a fallu ordonner. Le génome du pois est particulièrement volumineux : plus de 1,4 fois plus grand que le génome humain (4,5 Gigabases contre environ 3,2), il est d’autant plus complexe qu’il contient beaucoup de séquences hautement répétées.

Grâce à des approches de phylogénétique et de paléo-génomique, l’équipe a montré que des réarrangements génomiques majeurs ont eu lieu lors de l’évolution des légumineuses. Le genre Pisum est l’objet d’une évolution génique intense, associée à des translocations et des transpositions. Ces évolutions sont probablement en lien avec l’agrandissement de la taille du génome qui est intervenue lors de la divergence de la tribu des Fabeae qui comprend les pois, lentilles et fèves des autres légumineuses.

Connaitre le génome du pois dans sa globalité permettra une meilleure compréhension des bases moléculaires des caractères d'intérêt chez le pois. Cela facilitera la sélection de caractères agronomiques chez cette espèce, dans un contexte de changement climatique et de forte demande en protéines végétales.

   

1Le projet France-Génomique (https://www.france-genomique.org) a rassemblé des chercheurs de l’Inra ainsi que CEA-Genoscope, en association avec des partenaires internationaux : Institute of Experimental Botany et Biology Centre (České) en République Tchèque, The University of Western Australia et Curtin University en Australie, University of Saskatchewan au Canada, Washington State University et USDA Pullman aux Etats-Unis, University of Auckland en Nouvelle-Zélande.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Judith Burstin (03 80 69 31 59) Unité Agroécologie (Inra, AgroSup Dijon, Univ. Bourgogne)
  • Patrick Wincker Génomique Métabolique, Genoscope, Institut de biologie François Jacob, CEA, CNRS, Université Evry, Université Paris-Saclay
Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Dijon Bourgogne Franche-Comté

En savoir plus

A reference genome for pea provides insight into legume genome evolution. Kreplak et al., Nature Genetics volume 51, pages1411–1422 (2019)

https://doi.org/10.1038/s41588-019-0480-1