• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Station expérimentale de phénotypage fin de l'UNCEIA. © UNCEIA

Inauguration d’une station de phénotypage fin pour favoriser l’innovation au service d’un élevage durable

Le 16 mai 2014, Michel Cetre, président de l’Unceia, François Houllier, président directeur général de l’Inra, François Bonneau, président du conseil régional du Centre, Frédéric Thomas, président du conseil général d’Indre-et-Loire, et Jean-Pierre Gaschet, président de la communauté de communes du Castelrenaudais ont inauguré la nouvelle station de phénotypage fin de l’Unceia implantée sur le centre de recherche Inra Val de Loire. L’innovation en génétique animale sera essentielle pour permettre à l’élevage français d’améliorer ses performances techniques, économiques, environnementales et sociales et par suite sa durabilité. Dans ce contexte, la recherche et les coopératives agricoles ont un rôle majeur à jouer. Après avoir signé un accord cadre de collaboration de recherche, l’Unceia et l’Inra ont souhaité renforcer leur partenariat en décidant la construction d’une station de phénotypage sur le centre de recherche Inra Val de Loire.

Publié le 16/05/2014

La situation géographique de la station au cœur du pôle d’excellence scientifique du centre de recherche Inra Val de Loire renforce les synergies entre les équipes de l’Unceia et de l’Inra pour la recherche dans les domaines de la physiologie de la reproduction, de la génomique fonctionnelle et de l’épigénétique. Elle facilitera ainsi le développement de partenariats entre recherche publique et privée, en complémentarité avec le réseau et les infrastructures des professionnels de la filière. Elle augmentera aussi les probabilités de succès de nos projets de R&D que ce soit aux niveaux régionaux, nationaux ou internationaux.

Unique dans la région Centre, ce nouvel outil à la pointe des technologies les plus modernes, permettra la mesure et l’évaluation fines de paramètres comportementaux, physiologiques, hormonaux et biochimiques. Le recueil très précis de ces caractères (dit phénotypage fin) permettra aux équipes de recherche de mieux comprendre les phénomènes complexes de contrôle de la reproduction chez les ruminants.

Au-delà d’un bâtiment et d’un outil technologique de pointe, cette station de phénotypage est pour l’Unceia et tous ses adhérents en charge de la sélection et de la reproduction des ruminants un élément clé de compétitivité et de développement des entreprises notamment à l’international.

Cette ambition repose sur les valeurs fondamentales du système coopératif, créateur de richesse et d’innovations, porteur d’avenir et respectueux des hommes et de la qualité des produits. Ainsi, depuis plus de 60 ans, les éleveurs, associés coopérateurs, font preuve de clairvoyance et d’audace, en mutualisant les moyens et les compétences. En investissant à long terme, ils préparent l’avenir.

Grâce aux éleveurs, aux entreprises de sélection, aux partenariats de recherche avec l’Inra et au soutien financier des collectivités territoriales, l’Unceia peut poursuivre sa mission au service de la compétitivité et du rayonnement de l’élevage français.

Contact(s)
Contact(s) presse :
Inra Service de presse (01 42 75 91 86), Service de presse UNCEIA - Cecile Quetglas (01 40 04 53 90)
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire

En savoir plus

Réaliser un phénotypage fin, c’est réaliser des mesures particulièrement précises des caractéristiques de l’animal pour permettre de préciser l’équation « performance d’un animal (phénotype) = génotype (patrimoine génétique) + environnement (température, hygrométrie, type de sol, pression sanitaire… résultant tant de la conduite d’élevage que de l’environnement pris au sens large) ». Pour un caractère donné, les chercheurs essaient de comprendre non seulement le déterminisme génétique mais aussi l’influence de l’environnement sur l’expression des gènes (épigénétique, nutrigénomique) pour, à terme, pouvoir donner des recommandations sur la conduite d’élevage.

Le bâtiment répond aux exigences de la charte ECOBEL « Eco-construire un bâtiment d’élevage ». Il peut accueillir jusqu’à 63 génisses dans un environnement au statut sanitaire élevé pour garantir la qualité des mesures effectuées.

Une attention particulière a été portée au bien-être des animaux : une aire paillée intégrale pour plus de liberté de mouvement, des tapis en caoutchouc et des brosses, des cornadis anti-bruit ainsi qu’une conception optimisant l’éclairement naturel et une bonne ventilation de la stabulation.