• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Vignoble en coteau.. © Inra, FORT Francis

L'Inra obtient l'inscription au catalogue de quatre variétés sélectionnées pour la viticulture durable

L'Inra s'est engagé en 2000 dans un programme de création de variétés possédant une résistance durable aux principales maladies fongiques de la vigne. Ce projet vient d'aboutir à l'inscription au catalogue officiel de quatre variétés dotées de résistances naturelles au mildiou et à l'oïdium, et dont la qualité des vins est d’un niveau équivalent à celle des cépages traditionnels. Artaban, Floreal, Vidoc et Voltis ouvrent la voie vers une viticulture performante plus respectueuse de l'environnement, en permettant de réduire de façon drastique l'utilisation des produits phytosanitaires.

Mis à jour le 25/01/2018
Publié le 24/01/2018

Des résistances provenant d'ancêtres américains

Les quatre nouvelles variétés sont le fruit de croisements entre, d’une part, des géniteurs Inra sélectionnés par Alain Bouquet et, d’autre part, deux obtentions du Julius Kuhn Institut (Allemagne). Ces parents ont été choisis pour leurs traits qualitatifs et pour leur origine de résistance différente. Cette stratégie de croisements, propre au programme Inra-ResDur, a permis d'associer deux gènes de résistance au mildiou et deux gènes de résistance à l'oïdium, provenant, d’une part, de l’espèce Vitis rotundifolia et, d’autre part, d'un groupe d'espèces où domine Vitis rupestris. Les nouvelles variétés sont ainsi dotées de résistances polygéniques, ce qui permet de conforter leur potentiel de durabilité.

Une sélection assistée par marqueurs génétiques

Les croisements réalisés dans le programme Inra-ResDur ont généré des descendances de plusieurs milliers d'individus. Ces descendants sont triés dans un premier temps en fonction de leurs caractéristiques de résistance. Pour gagner du temps et intégrer avec certitude les gènes de résistance, l'Inra a mis au point des marqueurs moléculaires spécifiques de chaque gène. Ils permettent de réaliser, dès dix semaines après le semis, la sélection précoce des individus répondant aux critères de résistance polygénique, qui selon le cas ne représentent que 5 à 10% des descendants. Deux étapes de sélection au vignoble, de six ans chacune, sont ensuite nécessaires pour évaluer les caractères culturaux et technologiques, et sélectionner les variétés retenues pour l'inscription au catalogue. Le processus de sélection nécessite au total une quinzaine d'années.

Des aptitudes viticoles, œnologiques et environnementales prometteuses

Les quatre variétés présentent une résistance totale à l'oïdium et élevée au mildiou. Selon la pression de maladie, un nombre réduit de traitements fongicides complémentaires est préconisé, conduisant à une économie se situant entre 80% et 90%. La précocité des nouvelles variétés convient pour de nombreuses régions viticoles françaises. Il en est de même pour la productivité, qui s'échelonne entre celles du Chardonnay et du Grenache. La qualité organoleptique des vins produits est jugée comparable aux cépages témoins, avec des profils bien tranchés entre Artaban et Vidoc (vin rouge) et entre Floreal et Voltis (vin blanc).

Quatre variétés résistantes. © Inra, SCHNEIDER Christophe
© Inra, SCHNEIDER Christophe

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) presse :
Inra service de presse (01 42 75 91 86)
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Grand Est - Colmar