• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Dossier de presse de l'Inra. Salon international de l'Agriculture 2018

Cultivons la biodiversité, pour une agriculture et une alimentation durables

Des poules de jungle, ancêtres de nos poulets domestiques ?

L’espèce Gallus gallus (coq bankiva ou coq rouge) est considérée comme l’ancêtre majeur du poulet domestique.

Mis à jour le 22/02/2018
Publié le 22/02/2018

Gallus gallus. © Fotolia
Gallus gallus © Fotolia
L’espèce Gallus gallus (coq bankiva ou coq rouge) est considérée comme l’ancêtre majeur du poulet domestique mais le genre Gallus comprend trois autres espèces originaires de l’Asie du sud-est : Gallus sonneratii (coq de Sonnerat ou coq gris), Gallus varius (coq de Java ou coq vert) et Gallus lafayetii (coq de Ceylan).

Les chercheurs de l’Inra ont voulu savoir si ces trois autres espèces de Gallus avaient pu également contribuer à la domestication du poulet. Pour cela, ils ont étudié le génome de 18 poulets domestiques choisis sur tous les continents, et de 25 poules sauvages. Les poules de jungle provenaient soit de parcs zoologiques (France, Vietnam, Japon, Taiwan) soit de leur milieu naturel (Thaïlande, Inde). Une collaboration avec l’Inde a permis d’étudier des animaux sauvages de l’espèce G. sonneratii qui n’existe que dans ce pays.

Un premier résultat montre qu’environ 10 % du génome des individus G. sonneratii des parcs zoologiques est d’origine G. gallus, il est donc important de conserver G. sonneratii dans son habitat naturel en Inde pour préserver cette espèce.

Gallus sonneratii. © Wikipédia
Gallus sonneratii © Wikipédia
Le résultat majeur : les chercheurs de l’Inra ont montré que G. sonneratii était un ancêtre de notre poulet domestique, en révélant une contribution faible mais significative de cette espèce au génome des poulets domestiques, mais aucune contribution des espèces G. lafayetii et G. varius. Les scientifiques vont maintenant étudier la fonction des gènes* transférés au cours de la domestication du poulet.

Une méthode originale a été développée pour détecter la contribution des espèces du genre Gallus à la domestication du poulet. Les données obtenues constituent une mine d’informations pour étudier les différents types de variation du génome chez la poule.

A partir de ce projet mené par l’Inra, une grande initiative internationale « 1 000 génomes Gallus » se met en place pour approfondir la connaissance de la diversité du génome du genre Gallus.

LE +

Il existe 2 000 races de poulets domestiques dans le monde (FAO).