• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Dossier de presse de l'Inra. Salon international de l'Agriculture 2018

Cultivons la biodiversité, pour une agriculture et une alimentation durables

Focus CIRM-Champignons Filamenteux

    

Mis à jour le 12/03/2018
Publié le 22/02/2018

CARTE D’IDENTITÉ    

NOM : Centre International de Ressources Microbiennes - Champignons Filamenteux
EMPLACEMENT : Marseille
DATE DE CRÉATION : 2005
COLLECTION : plus de 2 300 souches (61 genres de la classe des Basidiomycètes, 8 genres d’Ascomycètes) provenant du monde entier et notamment des forêts tropicales
OBJECTIF : préserver et valoriser les champignons filamenteux d’intérêt agro-industriel (biotechnologies, agro-alimentaire, recherche de molécules bio-actives).

  

culture du champignon filamenteux Pycnoporus sanguineus. © Inra, David Navarro
© Inra, David Navarro

DU CHAMPIGNON AU BIOÉTHANOL

Produire du carburant avec du bois et des plantes ? C’est aujourd’hui possible, mais long et coûteux. Car pour obtenir de l’éthanol à partir de cette matière première, il faut réussir à dégrader des molécules particulièrement résistantes, telles que le xylane. Pour lever ce blocage, des chercheurs de l’Inra se sont rendus en Guyane française où vivent des espèces de champignons « mangeuses de bois », capables de digérer le xylane de manière très efficace. Conservés et étudiés au sein du CIRM-CF, ces champignons ont récemment livré leurs secrets qui réside dans une enzyme jusqu’alors inconnue. Cette dernière, qui agit comme un puissant ciseau pour découper le xylane, a déjà été testée sur du bois de pin et de peuplier. Verdict ? Son action s’avère beaucoup plus efficace que celle des autres enzymes* classiquement utilisées dans l’industrie. La découverte de cette nouvelle famille d’enzyme présente un intérêt majeur pour la production de biocarburants : car si le bois pouvait être facilement utilisé, le procédé de production d’un carburant plus respectueux de l’environnement serait moins coûteux.