• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Dossier de presse de l'Inra. Salon international de l'Agriculture 2018

Cultivons la biodiversité, pour une agriculture et une alimentation durables

Focus CRB @BRIDGE

  

Mis à jour le 12/03/2018
Publié le 22/02/2018

CARTE D’IDENTITÉ    

NOM : Centre de Ressources Biologiques @BRIDGe Ressources génomiques des animaux d’élevage
EMPLACEMENT : Jouy-en-Josas
DATE DE CRÉATION : 2001
COLLECTION : plus de 120 000 échantillons totaux (1,8 million de clones BAC*, 43 314 échantillons de lait, 21 628 échantillons de sang, 18 408 échantillons de tissus, 13 412 échantillons de fèces, 2 735 échantillons ADN) provenant de plus de 53 000 animaux pour neuf espèces : vache, mouton, chèvre, cheval, porc, lapin, poulet, pintade, dinde
OBJECTIF : fournir des services dans le domaine de la génomique animale grâce à une plateforme stratégique.

 

T’AS DE BEAUX ŒUFS TU SAIS !

De gauche à droite,OEufs blancs de poule Leghorn;OEufs « bleus » de poule Leghorn possédant le gène « Araucana »;OEufs bruns de poule de type Rhode Island;OEufs « brun olive » de poule de type Rhode Island possédant le gène «Araucana».. © Inra
De gauche à droite,OEufs blancs de poule Leghorn;OEufs « bleus » de poule Leghorn possédant le gène « Araucana »;OEufs bruns de poule de type Rhode Island;OEufs « brun olive » de poule de type Rhode Island possédant le gène «Araucana». © Inra
Avez-vous déjà entendu parler de la poule aux œufs bleus ? Il en existe deux races*, l’une originaire du Chili (Araucana), l’autre de Chine (Dongxiang), toutes deux peu présentes en Europe où la race Araucana est maintenue par des éleveurs amateurs. La couleur de la coquille de leurs œufs est restée longtemps inexpliquée. Mais le mystère a été percé en 2013, grâce à des échantillons d’ADN prélevés sur des poules à œufs bleus présentes à l’Inra Val de Loire depuis les années 1970, et conservés par l’unité mixte de recherche Génétique animale et biologie intégrative. En étudiant ces échantillons, des chercheurs de l’Inra et des équipes internationales ont mis en évidence une mutation génétique induite par un rétrovirus. Parfaitement inoffensif, pour la poule comme pour l’homme, ce rétrovirus active l’expression d’un gène qui conduit à l’ajout de biliverdine, un pigment de couleur bleu-vert, dans la coquille au moment de sa formation. Résultat : les œufs initialement blancs se parent d’un joli bleu turquoise, et ceux naturellement bruns virent au vert-olive ! Si à l’intérieur de l’œuf, le blanc et le jaune restent intacts, des travaux Inra ont révélé que sa coquille est plus solide.

Le +

C’est le seul cas où le mécanisme génétique de la couleur de l’œuf est connu.