• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Dossier de presse de l'Inra. Salon international de l'Agriculture 2018

Cultivons la biodiversité, pour une agriculture et une alimentation durables

Focus CRB Forêts

  

Mis à jour le 21/02/2018
Publié le 22/02/2018

CARTE D’IDENTITÉ  

NOM : Centre de Ressources Biologiques Forêts
EMPLACEMENT : Avignon, Bordeaux, Orléans
DATE DE CRÉATION : 2017
COLLECTION : 15 espèces, feuillus et résineux, sont répertoriées et disponibles sous différents formats : arbres en pépinière, graines, pollens, boutures, feuilles, aiguilles, échantillons d’ADN, cultures cellulaires. Pour faciliter l’accès au matériel biologique, il disposera prochainement d’un portail web référençant l’ensemble des ressources forestières disponibles.
OBJECTIF : conserver et mettre à la disposition des chercheurs du matériel biologique et des données associées. L’objectif premier est de pouvoir garantir la qualité des ressources disponibles afin de répondre aux enjeux de l’adaptation des forêts au changement climatique et au maintien de leur diversité.

 

Peuplier noir. © Inra, Marc Villar
© Inra, Marc Villar
GÉNOME À L’ÉCOLE : QUAND LES LYCÉES DEVIENNENT DES CHERCHEURS

Connaissez-vous le peuplier noir ? Vous avez sûrement vu en bord de fleuve cet arbre au tronc élancé et aux fleurs duveteuses jaunes que l’on nomme « chaton ». Présent dans toute l’Europe, des côtes françaises aux abords de la Chine, la diversité de cette espèce sauvage est pourtant menacée face à la réduction des zones de crues en France. Comment observer et étudier cette diversité au sein d’une même espèce d’arbre ? Leurs feuilles vertes semblent toutes identiques et leurs troncs quoique parfois tordus ont la même écorce. Comment analyser l’invisible ? Grâce aux gènes compris dans l’ADN ! Et c’est avec ces gènes que des lycéens de seconde, première et terminale ont étudié comment le peuplier sauvage pourrait s’adapter au changement climatique ou si ses feuilles pouvaient changer de forme. Lancé en 2011 par le Ministère de l’éducation, le programme offre la possibilité à 53 lycées de travailler avec la même démarche et les mêmes outils que les chercheurs. Séance d’observation in situ en forêt, prélèvement de bouture, extraction et amplification de certains gènes ADN via des marqueurs, séquençage et comparaison des résultats via le logiciel Génalys : au travers de toutes ces étapes, les lycéens ont été confrontés aux questions scientifiques dans le cadre du dispositif « Génome à l’école ». Ce projet de science citoyenne a aidé à découvrir des lieux de réservoir de diversité régionale en France en phase d’évolution. Le projet devrait maintenant s’intéresser à la diversité des espèces à l’échelle d’un paysage comme la cour de récré, la ville, le champ...